(sans l'ombre d'un doute)

mercredi 26 juin 2019

De soi-même

Allez hop, nettoyage. Comme ça n'a pas eu trop le temps de sécher, tout part très vite. C'est l'avantage du sol plastifié qui remonte en courbe le long des plinthes comme dans les hôpitaux. C'est moche mais c'est pratique. La crasse n'a pas le temps de se déposer. Je rince 3 ou 4 fois la serpillière, je l'essore en la torsadant à fond et la dépose bien tendue sur le seau pour qu'elle sèche. Cette agitation domestique m'a calmé. On ne dira jamais assez la vertu du ménage. Rien ne me détend comme de passer l'aspirateur. Surtout grâce au bruit qui couvre mes propres bruits. Comme sous le jet de la douche : on se laisse aller à chantonner, on se détend, c'est un peu la fête. La difficulté est d’enchaîner sur autre chose ensuite en gardant la même humeur frivole insouciante guillerette. Un bon moyen est de rester concentré uniquement sur les gestes qui s'enchaînent d'eux-mêmes. Ouvrir le placard, ranger l'aspirateur, refermer le placard, se retourner, avancer dans la pièce et poursuivre ainsi en portant l'attention uniquement au déroulé des gestes. Tout s'enchaîne de soi-même, personne n'est aux manettes. C'est ainsi que je me vois franchir le seuil de l'appartement, fermer la porte à double tour, traverser la petite cour et sortir de l'immeuble pour aller vers le bois - sans que j'en décide rien. Tout se fait tout seul. Et cela se fait d'autant mieux que je ne suis pas là pour en endosser la conduite. Les choses apparaissent, disparaissent : gris du trottoir ponctué par l'éclat des mégots de cigarettes ou des chewing-gum écrasés, mouvements, voitures, visages, silhouettes traversant l'espace, vive allure. La lumière tourne sans arrêt, anime la rue, caresse les façades, gigote les arbres. La lumière, le mouvement, les sons, les sensations : tout ça fait la matière du spectacle qui a lieu en moi, hors de moi, sans moi. Camion, poussette, couleurs, sons, bribes de paroles, pensées, sensations diverses. La lumière est particulièrement belle, comme souvent après la pluie, et donne à tout une densité merveilleuse. Chaque feuille d'arbre scintille pour clamer tout à la fois sa singularité de feuille unique et son appartenance heureuse à l'ensemble de l'univers dont elle est inséparable. Je je je. C'est le jeu.